Les barrières entrent en résistance !

Préambule

Dans l’air du temps, les bourgs et les villages aiment se réapproprier leurs espaces et cherchent une identification perceptible dans l’écriture de leurs paysages. Déjà de grands créateurs et fabricants de mobiliers urbains travaillent en amont avec les municipalités pour proposer des projets adaptés, allant jusqu’à la création de leur mobilier. Il reste que cette démarche est encore inadaptée aux besoins et possibilités financières des petites communes, qu’il manque le lien naturel essentiel, une proximité entre l’artisan, la municipalité et la population.

En réponse, le Concours Mobilier “Pas” Urbain qui a comme objectifs :

  • D’ouvrir de nouvelles pistes de travail dans le secteur du mobilier urbain et favoriser la création d’un nouveau type de mobilier public adapté aux villages et aux petites communes.
  • De relier les municipalités à leur industrie artisanale, leur environnement, leur tradition et la modernité.
  • D’aider les créateurs indépendants à se faire connaître auprès des décideurs des collectivités territoriales de proximité,

Le thème du concours 2015

Pour la 3ème édition du Concours Mobilier “Pas” Urbain, la barrière nous pose question.

En effet, on clôture, lorsque l’on pose une clôture. On barre, lorsque l’on pose une barrière. Mais si on ne clôture pas une barrière, on clôture pourtant l’espace en posant cette même barrière. La barrière est sociale, géographique, économique… et borde bien d’autres espaces encore. La barrière s’ouvre, se ferme, protège un clos, en interdit ou en limite l’accès. Nous l’avons compris, la barrière est là pour barrer, clôturer, enfermer, interdire… Elle est un obstacle matériel ou moral. En sa qualité première de limite, la barrière devient l’obstacle que l’on cherche à franchir.

La barrière s’ouvre sur nos espaces publics. Elle devient protection, instrument de sécurité, d’information. Elle peut être légère, mobile et provisoire. Elle peut délimiter sans limiter. Purement décorative, la barrière devient alors aimable. Transition entre deux espaces, elle marque l’entrée d’un nouveau lieu. Elle est alors le signal d’un nouveau dialogue possible. Elle s’ouvre sur d’autres paysages, sur d’autres points de vue. Source d’inspiration, filtre entre deux espaces singuliers, elle devient suggestion.

Au-delà des limites, il s’agit d’interpréter la barrière publique à sa guise, de lui permettre d’entrer en résistance, tout en lui conservant son rôle social naturel.

Modalités techniques à repecter

  • Le mobilier proposé doit en priorité ne présenter aucun danger pour le public dans sa conception et son utilisation.
  • Il doit résister aux intempéries et à toutes dégradations.
  • Il devra répondre aux normes d’usage dans l’espace public et à la règlementation en vigueur.
  • La mise en place du mobilier doit pouvoir être effectuée et adaptée avec facilité par le personnel technique communal.
  • Les conditions d’implantation et d’entretien du mobilier devront être formulées.
  • Le mobilier doit être reproductible et les conditions de reproduction devront être précisées.
  • Son usage peut être librement interprété (soit occasionnel, soit définitif, soit mixte).
  • L’utilisation de matière innovante et de recyclage sera appréciée.
    Il pourra être inspiré d’un imaginaire collectif traditionnel, régional ou local.
  • Le mobilier devra être présenté fabriqué (maquette, pièce ou prototype).
  • Le prix à la vente de ce mobilier devra être mentionné.

Les candidats

Le concours est ouvert à tous les créateurs indépendants, ainsi qu’aux étudiants en écoles d’arts, d’architecture ou du paysage.

On pourra composer des équipes pluridisciplinaires (étudiants, artisans, designers, artistes, urbanistes, paysagistes…), à condition que le nombre de membres dans l’équipe constituée n’excède pas un total de trois.

Le mandataire de l’équipe (celui qui porte le projet présenté au concours) sera obligatoirement un professionnel inscrit.

Une personne ne peut pas être membre de plusieurs équipes.

Les prix

Trois prix seront attribués. Seul le premier prix est doté en numéraire.

Par un chèque bancaire de 1000 €.


Au delà de cette dotation financière

Tous les candidats au concours ayant été présélectionnés pourront être présents s’ils le souhaitent dans le catalogue sur le site www.mobilierpasurbain.com qui fera la promotion de leur création. Ce catalogue largement distribué aux collectivités sera diffusé avec les créations désignées par le jury.

Suites données au concours

Une suite d’exposition sera proposée aux candidats retenus en fonction des partenariats avec les mairies, châteaux, salons qui pourront en faire la demande.

Au-delà d’une dotation financière,

le concours offrira aux meilleures créations l’accès à un catalogue des propositions homologuées par le jury. Il s’agira d’un catalogue destiné aux collectivités et aux mairies. Il sera enrichi tous les ans par l’insertion des projets présentés lors des autres concours.

Chaque concurrent reste propriétaire des droits artistiques de son œuvre.

Votre candidature